Accéder au contenu principal

Le gambit du détective [Victor Fleury] ; une uchronie voltaïque

L’uchronie !? Le terme n’apparaît qu’en 1857, mais la discipline est au moins aussi ancienne que la science-fiction. Si on considère que cette dernière est née entre 1818(1) et 1926(2)
Distincte donc, mais aussi sous-genre de l'autre, à un point tel qu’on ne questionne plus son appartenance au domaine de la Sf. 
Pourtant cette discipline, en marge de l’Histoire et du roman historique nécessite, ou plutôt, devrait nécessiter, une articulation scientifique ou au moins technologique, consécutive ou causale de sa divergence avec l’Histoire que l’on connaît, pour être de la science-fiction, non !?
            Comme dans le « Gambit du détective » de Victor Fleury, par exemple. Une nouvelle qui carbure à l’énergie « voltaïque ». Un (nouveau) sous-genre, apparenté au Steampunk, lequel exprime un passé « où le futur serait arrivé plus tôt », comme vous le savez sûrement
            Victor Fleury invite donc l’énergie voltaïque à être cette pierre angulaire technologique dans une uchronie napoléonienne qu’il qualifie, évidement, de « Voltapunk ». En lieu et place du Steampunk et autre Radiumpunk (liste non exhaustive). 

            Toutefois, sa nouvelle tient aussi du crossover à la mode Wold Newton™. 
On y croise bien entendu Sherlock Holmes, et un autre personnage inventé par Arthur Conan Doyle, lesquels ne s’étaient pourtant jamais croisés sous la plume de leur créateur. Mais dont la place dans une uchronie napoléonienne coule de source. Sans compter tout le background du célèbre détective londonien, ainsi que d’autres personnages, ou situations, que je vous laisse la surprise de découvrir vous-même. 

Particulièrement rocambolesque « Le gambit du détective » est une lecture très agréable. La convocation de personnages connus et de situations qui le sont autant, ne dédouane cependant pas Victor Fleury de proposer une intrigue originale. 

            Enlevée, amusante et placée sous les auspices d’un Trivial Pursuite© littéraire, « Le gambit du détective » est un astucieux mélange, que Victor Fleury dote d’un spleen baudelairien, où je cite : « la rage de vivre un idéal non réalisé », affleure tantôt, avec beaucoup de justesse et d’émotion.  C'est pour le dire autrement, une belle cerise sur un gâteau qui donne déjà toutes satisfactions.

Cette longue nouvelle fait partie du recueil intitulé L’Empire électrique, et vu sa qualité, nul doute que j’en continuerai la lecture. Surtout que la très belle couverture de Benjamin Carré, ajoute du plaisir au plaisir de l'anticipation de la elcture. 

En l’état « Le gambit du détective » rejoint avec voltaïcité le challenge lecture de textes courts de l’ami Yogo
_____
(1) 1818 : la publication de Frankenstein de Mary Shelley
(2) 1926 : la publication d'Amazing Stories de Hugo Gernsback

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …