Accéder au contenu principal

Le gambit du détective [Victor Fleury] ; une uchronie voltaïque

L’uchronie !? Le terme n’apparaît qu’en 1857, mais la discipline est au moins aussi ancienne que la science-fiction. Si on considère que cette dernière est née entre 1818(1) et 1926(2)
Distincte donc, mais aussi sous-genre de l'autre, à un point tel qu’on ne questionne plus son appartenance au domaine de la Sf. 
Pourtant cette discipline, en marge de l’Histoire et du roman historique nécessite, ou plutôt, devrait nécessiter, une articulation scientifique ou au moins technologique, consécutive ou causale de sa divergence avec l’Histoire que l’on connaît, pour être de la science-fiction, non !?
            Comme dans le « Gambit du détective » de Victor Fleury, par exemple. Une nouvelle qui carbure à l’énergie « voltaïque ». Un (nouveau) sous-genre, apparenté au Steampunk, lequel exprime un passé « où le futur serait arrivé plus tôt », comme vous le savez sûrement
            Victor Fleury invite donc l’énergie voltaïque à être cette pierre angulaire technologique dans une uchronie napoléonienne qu’il qualifie, évidement, de « Voltapunk ». En lieu et place du Steampunk et autre Radiumpunk (liste non exhaustive). 

            Toutefois, sa nouvelle tient aussi du crossover à la mode Wold Newton™. 
On y croise bien entendu Sherlock Holmes, et un autre personnage inventé par Arthur Conan Doyle, lesquels ne s’étaient pourtant jamais croisés sous la plume de leur créateur. Mais dont la place dans une uchronie napoléonienne coule de source. Sans compter tout le background du célèbre détective londonien, ainsi que d’autres personnages, ou situations, que je vous laisse la surprise de découvrir vous-même. 

Particulièrement rocambolesque « Le gambit du détective » est une lecture très agréable. La convocation de personnages connus et de situations qui le sont autant, ne dédouane cependant pas Victor Fleury de proposer une intrigue originale. 

            Enlevée, amusante et placée sous les auspices d’un Trivial Pursuite© littéraire, « Le gambit du détective » est un astucieux mélange, que Victor Fleury dote d’un spleen baudelairien, où je cite : « la rage de vivre un idéal non réalisé », affleure tantôt, avec beaucoup de justesse et d’émotion.  C'est pour le dire autrement, une belle cerise sur un gâteau qui donne déjà toutes satisfactions.

Cette longue nouvelle fait partie du recueil intitulé L’Empire électrique, et vu sa qualité, nul doute que j’en continuerai la lecture. Surtout que la très belle couverture de Benjamin Carré, ajoute du plaisir au plaisir de l'anticipation de la elcture. 

En l’état « Le gambit du détective » rejoint avec voltaïcité le challenge lecture de textes courts de l’ami Yogo
_____
(1) 1818 : la publication de Frankenstein de Mary Shelley
(2) 1926 : la publication d'Amazing Stories de Hugo Gernsback

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®