Accéder au contenu principal

Voyage avec l'extraterrestre [Carolyn Ives Gilman / Pierre-Paul Durastanti]

En lisant cette nouvelle, je n'ai pas pu m'empêcher, très rapidement, de pressentir que si le texte de Carolyn Ives Gilman utilisait - de manière si originale - un cliché indissociable du mythe extraterrestre, il ne pouvait pas ne pas y avoir de raison.
D'autant que l'un des mythes fondateurs des U.S.A., a justement eu maille à partir avec un précédent assez bien documenté.

            En effet, il y a eu un abondant signalement de cas autour des enlèvements que pratiquaient alors les Indiens en lutte face à l'avancer des « visages pâles », leur captivité, et bien sûr l'ensauvagement qui en découlait aux yeux du reste de la population. 
Le tout a d'ailleurs alimentait une certaine vision du Gothique américain, et du western.

Cette impression de voir se superposer ces deux « peurs » au motif unique, se trouvait accentuée par la nature même de ce que l'auteur nous racontait, à savoir un « voyage » (avec l'extraterrestre).

Autrement dit la reproduction du mouvement (sans jeu de mots) de la Conquête de l'Ouest©, symbolisée par la Frontière.
La Frontière qui n'est pas ici la border (i.e la ligne de démarcation entre deux pays), mais la matérialisation physique et (surtout) métaphysique de l’esprit civilisateur qui s’impose par la force.

« Il baissa les yeux sur la carcasse déchiquetée, la laissa choir, se redressa et s’écarta. »            

            Puis, après avoir terminé la nouvelle, j'ai lu la brève biographie de l'autrice que propose la revue BIFROST qui l'accueille. Dans laquelle on peut lire que Carolyn Ives Gilman est une « historienne rattachée au National Museum of the American Indian, elle est spécialisée dans l’histoire nord-américaine du XVIIIe et début XIXe siècle ». Une information qui valide, à mes yeux en tout cas, l'intuition dont j'avais été l'objet, lorsque je lisais la nouvelle, traduite par Pierre-Paul Durastanti.

D'autant que le reste de la nouvelle continue dans ce sens mais ......

            Bref, une très belle nouvelle, dont l'ambiance en clair-obscur et tout en subtilité, laisse toute latitude de ne pas forcément se laisser embarquer par son intuition, pour l'apprécier quand même. 
Son Grand Prix de l'Imaginaire® prouve que je ne dois pas être le seul à l'avoir aimée. 
Il ne me reste plus qu'à espérer que Carolyn Ives Gilman séduise de nouveau les éditeurs hexagonaux. 

En attendant cette nouvelle rejoint la liste de mes lectures pour le challenge du Maki.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er