Accéder au contenu principal

Dead Men Running [Darko Macan / Danijel Zezelj]

            Publiée entre le mois de mars 2002 et le mois de mai de la même année, la mini-série « Dead Men Running », sous les très évocatrices couvertures de Derek Hess (mais sans aucun rapport avec le contenu des numéros qu'elles illustrent), est une aventure dont Captain America serait le parrain. Plutôt que le personnage principal.
Cette articulation particulière du scénario, où Captain America abandonne son rôle de golem pour celui de psychopompe, a eu une vertu que je n'attendais pas.
Elle attire étrangement l'attention sur ce que j’appellerai la « boîte à outils » scénaristique dont se ici sert Darko Macan.
            J'ai ainsi été frappé par la structure dudit scénario, qu'on dirait tout droit sorti d'un manuel de script doctor. En l’occurrence celui de John Truby.  
Tout y est : l'arène, le réseau de personnages et leurs liens d'attraction/répulsion, les « lignes de désir », sans oublier « l’argument moral », sans qui les techniques de Truby ne seraient pas ce qu'elles sont. 
Cette structure, pour John Truby, a essentiellement pour but de développer l'histoire de façon « organique », et non pas mécanique. Autrement dit, l'intrigue se nourrit et se développe à partir  d'elle-même. Les personnages agissent en vertu de leurs propres convictions, en fonction de l'adversité.
Et ça marche !
Danijel Zezzlj apporte à ce scénario l'indispensable caution artistique d'un dessinateur à nul autre pareil. 
Son style, reconnaissable entre tour, storytelling, et ses compositions fournissent un implicite aussi nécessaire qu’indispensable, et rend l'émotion bien plus forte que ne le feraient les seuls mots d'un récitatif.
            Exercice de style donc, encore souligné par l'épanadiplose « We are dead », qui commence et termine chacun des trois numéros.
Mais également leçon de philosophie, « Dead Men Running » est en effet aussi un bréviaire de l'amor fati nietzschéen.  Une leçon par l'exemple.
Et tout ça avec un Captain America fantomatique.
Très recommandé donc, même aux lecteurs qui ne lisent pas de bandes dessinées de super-héros. Mais qui lisent impérativement l'anglais.
Cette mini-série n'a en effet pas eu l'heur de plaire aux éditeurs hexagonaux.
Dont acte !     

Commentaires

  1. Belle découverte, je note ça.

    C'est d'autant plus intéressant qu'à la seule vue des couvertures, des planches et du sujet, on entraperçoit la matière et la sensibilité que peuvent apporter des auteurs qui ne viennent pas du sérail traditionnel de la bande dessinée américaine de super-héros pour peu que l'éditorial leur en laisse l'opportunité. Une alternative qui semble bien loin aujourd'hui un peu moins de vingt ans plus tard.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®