Accéder au contenu principal

Exilés : D'une main de fer

Sortie tout droit du think tank du 10 East 40th Street (NY), « Exilés » est pour ainsi dire l’heureuse rencontre de la série cathodique connue dans l'Hexagone sous le nom d' Au cœur du temps (1966-1967), et de sa consœur qu’on ne présente plus, Mission : Impossible
Ou peut-être s’agit-il de la celle de séries plus récentes telles que Sliders : Les mondes parallèles et Code Quantum !?

            En tout état de cause, confiée en 2001 au scénariste Judd Winick et au dessinateur Mike McKone, « Exilés » connaitra une première mouture de 100 numéros consécutifs, mais pas toujours avec la même équipe créative.
L’arc narratif (#27, #28, #29), intitulé « D'une main de fer », dont il va être question ici, est d’ailleurs dessiné par Kev Walker. Un dessinateur britannique qui a commencé sa carrière professionnelle en 1987, d'abord au service de la société Games Workshop©, puis au sein de l’hebdomadaire 2000AD.
Notamment comme encreur sur les dessins de Steve Dillon.
Judd Winick, fidèle au poste depuis le premier numéro, est donc l’auteur du scénario.

            L’idée d’Exilés est à mettre en perspective avec la ligne Ultimate™, laquelle entérinait officiellement l’idée que l’univers Marvel© était un multivers.
Miroir aux silhouettes, la bande dessinée de super-héros, grâce à cette série, allait au bout de sa propre nature, en épuisant toutes les possibilités d’univers, et toutes les variations d’un même personnage. Puisqu'il sagit de voyager dans autant de dimensions différentes qu'il pourrait en exister.

« D’une main de fer », l’histoire dont il est question ici, présente ainsi un futur où Iron Man est devenu un dictateur mondial.
Si le scénario attend ses dernières planches pour révéler tout son potentiel, l’arc narratif bénéficie immédiatement du talent de Kew Walker pour devenir un incontournable de la série. Walker a en effet un sens quasi épidermique du Sublime, et Winick lui donne l’occasion de le montrer.

Dès la couverture, le contrat est clair ; Iron Man y est représenté recouvert de la cape du Docteur Fatalis dans une pose qui en dit long.
Les aficionados des éditions Marvel© n’auront pas besoin d’explications, quand bien même celles destinées aux nouveaux venus seront lues avec plaisir.
Cet arc, qui décidemment met les petits plats dans les grands, embarque une équipe inédite.
Une sorte de contrepartie « grim & gritty » de l’équipe éponyme, connue sous le nom d’Arme X.

            Ces trois numéros, qui peuvent se lire indépendamment du reste de la série, sont très denses (pour de la BD mensuelle). Judd Winick écrit un scénario modulaire captivant, dont le fil rouge n’a pas peur de se frotter à la grande Histoire. Le ton y est plutôt grave, élégiaque.
Un côté solennel renforcé par l’utilisation de cartouches de récitatifs, et bien sûr par le style de Kev Walker qui s'y prête.
L’intérêt principal de cette série est qu’elle repose sur la rotation de ses personnages. Ou comme ici, en accueillant une autre équipe.

Une incertitude bienvenue dans le ronron structurel de séries, dont le succès, au long cours, a transformé les personnages principaux en autant de poules aux œufs d’or vitrifiées.
J’évoquais au début de ma recension quelques titres de séries télévisées pour cerner le code créatif d'« Exilés », mais ceux qui lisent de la bande dessinée américaine n’auront pas manqué de voir dans ce projet, l’ombre portée de la Suicide Squad de la Distinguée Concurrence. Mais résumer « Exilés » à ses seules possibilités létales serait injuste.
Même si « D’une main de fer » ne risque pas de détromper qui que ce soit.
            Ceci étant dit, si l'occasion se présente de mettre la main sur ces trois numéros, traduits par Françoise Effosse-Roche pour les éditions Panini, dans les numéros 27 à 28 du magazine X-treme X-Men, n'hésitez pas à tenter l'aventure.
Elle risque de vous plaire !  

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®