Accéder au contenu principal

Thin Air, épisode 2

Précédemment dans « Thin Air » :
Architecturé autour de l'idée de la Frontière©, dont d'ailleurs les spectacles de Buffalo Bill donnaient un aperçu très ludique, et univoque. À l'instar donc de la théorie de F.J. Turner qui en faisait le creuset de l'américanité, la « Haute Frontière » opère de même sur les migrants terriens envoyés sur Mars.
Et, conséquence inévitable, l'esprit du Far West fait donc quasiment partie de l'ADN des indigènes martiens.
___________
            Inclure ce qu'il faut bien convenir d'appeler un stéréotype, la Frontière© en question, comme arrière-plan entraîne, inévitablement, l'apparition de personnages dotés d'une belle paire de chromosomes XY.
Ce qui n'est pas pour déplaire à Richard K. Morgan, puisque chacune de ses séries parues en France, a justement pour protagoniste principal, un « dur-à-cuire ».
            S'ils ne se ressemblent pas, ils empruntent (sauf Ringill son héros de Fantasy) au stéréotype du détective hard-boiled apparu dans les pulp magazines des années 1920. Takeshi Kovacs (du moins dans le premier tome de ses aventures), Carl Marsalis, et ici Hakan Veil, braconnent sur les plates-bandes du dur-à-cuire inventé dans les pages de Black Mask.  
            Un type de personnage autant né du zeitgest des années 1920 (fin de la « Der des Ders », prohibition, marasme économique), que de la volonté du Capitaine Shaw, rédacteur en chef de ladite revue.
Si le nom de Dashiell Hammett risque de venir immédiatement en tête, dès lors qu'il est question de détective hard-boiled, c'est à l'un de ses collègues que revient la paternité du privé dur-à-cuir.

            C'est en effet à Caroll John Daly que l'on doit d'avoir inventé le prototype du genre. Race Williams est un individu qui opère en marge de la loi. Situé entre l'escroc et le policier, il travaille pour l'argent et n'hésite jamais à tuer de sang-froid les truands qui l'ont mérité (les lecteurs et les lectrices attentives remarqueront le logo de la célèbre NRA, sur la couverture supra). 
Quelques mois plus tard le portrait s'affine avec le premier détective moderne de la littérature :  « J'ai une petit bureau dont la porte indique Terry Mack, détective privé .. Quelque fois les affaires marchent moins bien et je sors pour trouver du boulot ... je ne suis pas un escroc et je ne suis pas un flic ; je joue le jeu à ma façon ... »
Terry Mack travaille à New York, et porte deux puissants Colts .45 (et garde en réserve un calibre .25) dont le Shadow saura se souvenir. 
           Le roman policier américain dit hard-boiled (terme qui vient d'ailleurs directement le la Première Guerre mondiale) est un roman de suspense mais surtout d'action. Il a d'autant mieux le rythme de fuite et de poursuite du jazz, qui apparaît lui aussi au début du XXème siècle, que ses racine sont aussi à chercher du côté d'un personnage comme Natty Bumpo
Je vous l'ai dit, la Frontière© n'est jamais bien loin dès qu'il est question d'américanité. Quand bien même Richard K. Morgan est-il anglais.  

            Héritier du vigilant et du pisteur indien, le détective américain, dont le modus operandi n'a pas totalement abandonné le whodunit (ou kilafé) ne fait pas dans la dentelle comme ses cousins anglais ou les frenchies à la sauce Gaboriaux. 
Pragmatique, et souvent laconique, il préfère laisser parler la poudre et ses poings.

             Si  la Frontière©, théorisée par Turner ou encore Theodore Roosevelt a depuis, déserté les bancs de l'université, sa grille de lecture reste pertinente à mes yeux, au moins dans le domaine du divertissement.
Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si des gens comme Buffalo Bill ou James Fenimore Cooper, pour ne citer qu'eux, y ont eu recours sans s'être pour autant concertés.
Chacun, a leur manière, exaltait ce qu'il croyait en être la personnification la plus exacte. Et dont les points communs sont bien plus nombreux que les différences.

            Sorte de pierre philosophale, la Frontière© a donc accouché d'une type de personnage capable de survivre à la wilderness de la Conquête de l'Ouest™ et à l'air raréfié de la planète Mars.
Avec, je vous l'accorde, un ou deux ripolinages technologiques de circonstance. 

(Suite et fin .... bientôt)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®