Accéder au contenu principal

The Coldest Game [Bill Pullman / Łukasz Kośmicki]

Premier film du réalisateur polonais Łukasz Kośmicki « The Coldest Game » imagine un événement politique appartenant au domaine de l'Histoire secrète™.

            En effet, en 1962 pendant la crise dite des « missiles de Cuba » une rencontre d'échecs entre les U.S.A. et l'U.R.S.S. doit servir de couverture à un échange vital de renseignements. Sauf que le champion américain en titre vient de mourir.
Classique dans sa forme autant que dans son intrigue. Du moins pour ceux qui n'ont pas oublié les grandes heures des films d'espionnage de la Guerre froide©, « The Coldest Game » rempli consciencieusement son contrat.
Lequel contrat aurait cependant pu être un peu raffiné, du moins à l'aune de mes propres critères.
« Pur mathématique et pur vodka »

            Ainsi Joshua Mansky (alias Bill Pullman), mathématicien alcoolique qui joue ici les remplaçants de dernière minute, au propre comme au figuré, puisque Bill Pullman remplacera dit-on William Hurt, blessé en début de tournage, dont la fascinante personnalité est un peu trop légèrement survolée à mon goût.
A contrario, le peu que l'on sait de l'agent double soviétique est encore de trop.
Notamment lors d'une brutal retournement de situation, où l’ambiguïté aurait pu être beaucoup élevée qu'elle ne l'est si on n'en avait su moins.

Reste la bonne idée de garder la langue d'origine des différentes nationalités, une judicieuse utilisation des images d'archives, et pour ce que j'en sais une contextualisation au travers des décors, des vêtements et des véhicules, qui sonne juste. La photographie de Paweł Edelman apporte en  sus tout ce qu'il faut pour un immersion encore plus réussie. 
La distribution soignée, jusque dans ses nombreux seconds rôles, donne un très beau personnage à Robert Więckiewicz, en directeur du Palais de la culture et des sciences.
La fin aurait également pu faire l'économie de l'épilogue sur le territoire des U.S.A.     

Rien de vraiment gênant, mais qui à mon sens aurait laissé planer un peu plus de mystère et de non-dit. L'époque s'y prêtait.

            Reste au final, un très bon thriller d'espionnage, qui s'il ne révolutionne pas le genre en donne une plutôt belle image. 
Paranoïaque comme pouvait l'être ces années-là, où le jeu d'échecs n'a jamais été aussi « grand public ». 
Même si je crois que dans notre flux historique, il faudra attendre la rencontre de 1972, Bobby Fisher versus Boris Spassky, pour que ce jeu, alors entièrement dominé par les soviétiques, acquière une notoriété jamais vue.     
Je n'oublie pas une belle bande-son, dont la chanson titre, interprétée par Ania Karwan avec une belle conviction, et un beau brin de voix. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®