Accéder au contenu principal

Johnny Mnemonic [William Gibson / Jean Bonnefoy]

C’est semble-t-il, sur la suggestion de John Shirley, dont Gibson fera le « patient zéro du Cyberpunk », que ce dernier soumet « Johnny Mnemonic » à Ellen Datlow, qui sélectionne les nouvelles de la prestigieuse revue de Sf et de vulgarisation scientifique Omni
En mai 1981, il n’est cependant pas encore question de parler de « Cyberpunk ». 

            Encore aujourd’hui, presque 20 ans après sa publication et l’évolution sans commune mesure de l’informatique. Sans oublier tout ce que le genre a produit ; « Johnny Mnemonic » est d’une efficacité redoutable. 
Ceci tient en grande partie au style utilisé par William Gibson. 
La narration subjective, qui donne bien évidemment un ton personnel, vécu. Et la technique dite de l’Iceberg™, en vertu de quoi la force d’une histoire réside dans ce qui est sous-jacent. Dans son implicite. 
Par exemple, pas besoin de s’étendre sur le type de société dans laquelle se déroule l’intrigue, la description de Jones, le dauphin, suffit largement. Le reste des personnages est logé à la même enseigne ; on déduit ce qu’ils sont de ce qu’ils font. 
« Ralphi n’était pas seul. Quatre-vingts kilos de bœuf californien blond étaient juchés avec aisance sur la chaise voisine, un vrai catalogue d’arts martiaux. » Traduction de Jean Bonnefoy

            Reste que débarrassé de sa quincaillerie ; ce qui deviendra le Cyberpunk, appellation d’origine contrôlée que l’on doit à Bruce Bethke, mais popularisée par Gardner Dozois, « Johnny Mnemonic » a tous les atours sulfureux du roman criminel tel qu’on pouvait déjà le trouver à la fin des années 1920. 
            Mais c’est justement, et bien évidement cette « quincaillerie » qui donne à la nouvelle son originalité. 

Mélange d’intuitions, Gibson raconte volontiers que c’est en voyant la posture des joueurs d’arcade, qui traduisait leur volonté de rejoindre le monde virtuel, qu’il a eu l’idée du « cyberspace », de références musicales ; Molly Millions lui a été en partie inspiré par Chrissie Hynde, et l’orientalisme par le magazine Métal Hurlant
Et il y a déjà un peu de tout ça dans « Johnny Mnemonic ». 

            Ni prophète, ni prospectiviste William Gibson est d'abord et avant tout un écrivain.
Plutôt connu pour ses romans, et surtout sa célèbre trilogie dite de la  « conurb » (Sprawl Trilogy), ses textes courts n'ont pas à rougir de ses romans. 
S'il déclare tout aussi volontiers, qu'avant de se lancer sérieusement dans l'écriture de fictions il ne trouvait plus dans la Sf quoi que ce soit d'intéressant ( à quelques exceptions près), ce sont d'abord ses nouvelles qui ont creusé le nouveau bac à sable où il a pu s'exprimer. Et créer, pas tout seul et à son corps défendant, un nouveau courant littéraire. Ce qu'on n'avait pas vu en Sf depuis la New Wave de Moorcock & Co..     

« Johnny Mnemonic », nouvelle que le temps et le progrès n'ont pas encore rendu obsolète, rejoint en grandes pompes le challenge de lecture du Maki. Elle n'a rien à voir avec le film qui en a été tiré, ni avec la novelization qui illustre ce billet. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er