Accéder au contenu principal

All-New Deapool n°008 (PANINI)

ALL-NEW DEADPOOL n° 008

Kelly et McGuinness reviennent pour poursuivre les aventures du couple Spider-Man/Deadpool !
•Deux nouveaux épisodes de Mercs for Money par Bunn et Espin complètent le sommaire.
+ Une longue aventure de Deadpool tirée d'un Bi-Annual, signée Scheer & Giovannetti, et Espin !

Traduction : Jérémy Manesse
Lettrage : Laurence Hingray & Christophe Semal
______________ 
Mensuel, 4,90 EUR, 96 pages (Contient les épisodes U.S : Spider-Man/Deadpool #8, Deadpool & the Mercs for Money #3 & 4, et Deadpool Bi-Annual #1)

Sortie le 3 janvier 2017

.... Bon j'ai fait l'impasse sur la série de Joe Kelly & Ed McGuinness, une série que j'ai un peu laissée en jachère pour l'instant. 

La belle surprise de ce numéro (et pour moi sa meilleure histoire) est celle du bi-annual écrit par Nick Giovannetti & Paul Scheer. 
2 scénaristes qui me sont totalement inconnus (j'ai depuis appris qu'ils ont écrit, ensemble, Aliens vs Parker chez Boom!), ce qui ne les a pas empêché de mettre en scène l'un des meilleurs team-up que j'ai eu l'occasion de lire. 
Avec comme me le confiait Le Doc, des héros pour le coup, complètement oubliés : la Brute Force.


CHARLIE VIOLA* : À la fin de 1989, en tant que concepteur dans l'industrie du jouet et avec une expérience à la télévision, j'ai approché Marvel avec quelques idées qui pourraient fonctionner aussi bien en BD, que sous forme de dessins animés et aussi de jouets. Marvel était alors intéressé pour aller dans cette direction à ce moment-là, et j'ai donc rencontré l’editor-in-chief Tom DeFalco et l’éditrice Judy Fireman pour leur montrer quelques concepts.
Ils ont tous les deux aimé le personnage du dauphin que j'avais créé. 
Il avait un costume bionique qui lui a permettait de se déplacer sur la terre et d'utiliser manuellement de l'équipement. Il pouvait communiquer avec les gens par l'intermédiaire d'un traducteur qui convertissait ses cris de dauphins en paroles humaines. 

Tom DeFalco voulait que je crée une ligne de personnages/animaux semblables, et aussi des véhicules. 

Voilà comment est né le projet Brute Force.
Avec Bob Budiansky qui avait écrit la série dédiée aux Transformers et la supervisait comme editor, et Sid Jacobson, qui était alors l'editor de Star Comics**, ont s’est mis au boulot. 
À nous cinq nous avons fini par créer une équipe de héros animaux dont la mission principale était de protéger l'environnement. 
Mais la nouvelle direction – suite à des changements de propriétaires - a jugé que se serait une perte de temps et d’argent que de promouvoir des personnages inconnus. 
Alors qu’il était plus facile de se concentrer sur Spider-Man ou Hulk, par exemple. 
Malgré tout Marvel a publié une mini-série pour tester le marché, mais notre cible à nous était les enfants qui regardaient les dessins animés du samedi matin, pas la tranche d’âges des lecteurs de comic books qui lisait Hulk ou Spider-Man

Charlie Viola pense aussi que l’idée d’animaux anthropomorphiques protégeant l’environnement était une bonne idée, mais qu’elle est venue bien trop tôt. 

Le scénario de la mini-série a été écrit par Simon Furman (qui écrivait alors pour l'éditeur la série Transformers), et qui pense aussi que Brute Force n’a pas ciblé la bonne tranche d’âges notamment avec un scénario bien trop compliqué. 
Et il faut croire que le lectorat des Transformers ou de G.I Joe n’était pas intéressé par Brute Force
Le label Star Comics qui s’adressait aux 5-6 ans aurait été peut-être, plus approprié. 
Le dessin avait été confié à José Delbo, qui lui aussi s’est occupé des Transformers dans les années 1988-1990.
_________________ 
*Charlie Viola a aussi écrit des scénarios pour des BD comme Heathcliff pour Marvel, The New Kids on the Block pour Harvey Comics, et The Flintstones, The Jetsons, et Yogi Bear pour Archie Comics

**Star Comics était une ligne de BD qui adaptait les dessins animés pour les enfants de 5-6 ans, et mettait en scène des histoires à partir de jouets. 

SOURCE principale.
.... « On n'est pas des bêtes » le team-up en question, de Nick Giovannetti & Paul Scheer, s'en donne à cœur joie. Même pour du Deadpool pur sucre, c'est bien barré.

Le traducteur Jérémy Manesse y va aussi de son imagination et propose un « Bonne soirée et à dauphin » en lieu et place de « Have a whale night ».
Mais si je peux me permettre il rate (façon de parler) un jeu de mots tout aussi potache dans ce dialogue :
- (Le directeur de Water World) : « Lui c'est Cœur de Lion. On pense que c'est le chef. »
- (Deadpool) : « Il ferait un carton sur Youtube »
J'aurais plutôt mis dans la bouche de Deadpool (beurk !) un : « Pas de quoi en faire un fromage. ».
Pas vous ? (fromage / Cœur de lion)

Donc ressortir Brute Force n'a pas fait peur à notre duo de scénaristes, et le jeu en valait largement la chandelle. 

.... Je ne peux pas en dire autant des Pros à payer de Cullen Bunn, qui s'il a des idées amusantes, peine selon moi à les rendre attractives. 
Les couleurs de GURU-eFX ne font rien pour améliorer le résultat. 
Ainsi Salva Espin, le dessinateur des deux histoires s'en sort-il mieux sur le team-up avec Force Brute grâce aux couleurs de Veronica Gandini que sur Les Pros à payer (je croyais d'ailleurs - avant de vérifier les crédits - qu'il ne s'agissait pas du même dessinateur). 

.... Un numéro qui vaut essentiellement pour « On n'est pas des bêtes », une histoire pour tous ceux qui veulent s'en payer une bonne tranche (et lire un sacré dénouement 
[-_ô]). 
Et c'est pas du flan !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…