Accéder au contenu principal

Marvel Universe n°4 (ILLUMINATI)

MARVEL UNIVERSE n°4 : Illuminati 
Trimestriel, 5,50 EUR, 112 pages 
• Traduction : Thomas Davier 
• Lettrage : Claudia Sartoretti 
« Les méchants gagnent tous les jours ... pourquoi pas nous ? » 
Comment les vilains de l'univers Marvel vivent-ils dans un monde où le ciel est constamment rempli de héros ? Que font-ils quand ils veulent changer de vie ? Qui se battra pour eux ? 

Hood croit qu'il pourrait être la réponse ; et pour atteindre ses buts il met sur pied une armée de méchants : Titania, le Penseur Fou, le Boulet (pas tip-top ce nom de code en français), la Fourmi Noire et l’Enchanteresse
(Contient les épisodes U.S Illuminati 1-5) + les numéros 6 & 7 (en anglais) que je rajoute dans mon commentaire©™ 
Sortie : le 16 août 2016
Spoilers
Crimes et petits mensonges 

…. Séduit par le sixième numéro de la série - que j’ai lu dans lors de ma lecture du crossover Avengers : Standoff (Pour en savoir +) - j’ai acheté le quatrième numéro du magazine MARVEL UNIVERSE de Panini pour lire les épisodes précédents qui y étaient regroupés. Je me suis aussi procuré le septième numéro (en anglais), pour compléter le run de Joshua Williamson, lequel clôture la série qui n’a manifestement pas trouvé suffisamment de lecteur outre-Atlantique pour perdurer. 

Ces 7 numéro ont été publié en recueil (tpb) aux U.S.A sous le titre de Life on Crime, une vie fort brève pour un titre qui pourtant n’a pas démérité à mes yeux.
…. Joshua Williamson utilise lors de son premier (et seul arc) une technique que feu Dashiell Hammett avait en son temps déjà utilisé - avec tout autant de brio - dans l’un de ses romans, le très connu Faucon Maltais (1929). 
Le rapprochement ce roman policier et la série Illuminati n’est pas anodin, puisque les membres de ce groupe de super-vilains, sous la férule de leur chef Hood, projettent rien de moins que de cambrioler [….. ] 

Tout comme Hammett*, Williamson entraîne les lecteurs dans la préparation d’un cambriolage et sa réalisation (là où l’écrivain hard-boiled les emmenait à la chasse au Dahu, pardon ... à la recherche d’une inestimable statuette), mais les ultimes pages du cinquième et dernier numéro contenu dans ce MARVEL UNIVERSE révéleront un tout autre dessein. 
Comme dans Le Faucon Maltais.
Si le scénariste prend le temps de 5 numéros pour conclure son histoire de cambriolage, les moyens dilatoires qu’il utilise fonctionnent très bien. Ils lui permettent entre autres de faire de ses personnages des individus, tout en proposant quelques détours par les inévitables affrontements qui font du genre ce qu’il est. Et tout inévitables qu’ils soient, ils ne sont pas traités par moins de conviction que le reste des rebondissements que Joshua Williamson n’oublie pas d’imprimer à cette aventure. 
Du reste si le « coup » est monté sérieusement, notre scénariste ne se prive pas de le raconter avec une certaine légèreté et beaucoup de fraîcheur. Ce qui donne d’ailleurs pas mal de poids lorsque le registre se fera plus … viscéral, disons.
Le dessinateur Shawn Crystal renforce cette ambiance de montagne russe, entre caricature et mise en page barok (sic), qui prête à sourire, et violence létale à laquelle il donne beaucoup de relief. 
Notamment par l’utilisation d’onomatopées qui expriment comme jamais qu’un bon dessin vaut mieux qu’un grand discours. 
John Rauch le coloriste, outre qu’il permet de conserver l’unité artistique de l’ensemble même lors du remplacement de Crystal par Kev Walker, donne de chouettes ambiances faites, elles aussi de contrastes.
Kiss Kiss Bang ! Bang ! 

…. Après ces 5 premiers numéros, le sixième comme je l’ai dit participe au crossover Standoff et s’en tire avec les mentions du jury (comme j’ai déjà eu l’occasion de le mentionner). 
Et le septième, solde les affaires en cours d’une manière certes brutale, mais pas pour les lecteurs qui ont suivi cette courtes mais fort sympathique & distrayante série. 

En effet Williamson, Crystal & Rauch réussissent à mettre un point final très élégant à leur série. Laquelle aura donné par ailleurs à un personnage une fort belle carrure psychologique, qu’il serait bien dommage d’oublier.

*Et avant lui Edgar Allan Poe dans son conte fondateur : Double assassinat dans la rue Morgue (1841) ____________________ 
Scénario : 7/10 
Dessin : 8/10 
Facteur de coolitude : 7,5/10 
Appréciation globale : Vivre vite, mourir jeune, et faire un beau cadavre (de papier)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.