Accéder au contenu principal

COMIC BOX n°104

COMIC BOX n° 104 (janvier/février 2017) est sorti.
INTERVIEWS : CHRIS CLAREMONT (X-Men, Excalibur, Wolverine, Iron Fist…) PHIL JIMENEZ (Superwoman, Wonder Woman, New X-Men…) JOYCE CHIN (Xena, Red Sonja, Lady Demon, Wynonnna Earp…) STEFANO GAUDIANO (Walking Dead, Daredevil…)
ARTICLES : CIVIL WAR II, points forts et promesses non tenus du crossover Marvel MISTER MIRACLE, le génie immortel de Jack Kirby KANG, tout est paradoxe chez cet ennemi des Avengers EDUARDO RISSO, le dessinateur de 100 Bullets dans la cible. LOVECRAFT, comment les comics se sont appropriés l’imaginaire du maître de l’horreur. ED BRUBAKER, un fil directeur de Captain America à Westword en passant par Criminal. HEROES REBORN, la parenthèse qui divise toujours, 20 ans après. L’HOMME QUI VALAIT 3 MILLIARDS, Steve Austin, astronaute et… héros de comics. THE FIX, la nouvelle sensation d’Image Comics, par Spencer et Lieber. JOE MANEELY, le pilier perdu de Marvel
PREVIEW : MONSTRESS (par Majorie Liu et Sana Takeda) + une BD exclusive de TONY CHU.
Tout ça – et plein d’autres choses encore – c’est dans COMIC BOX n°104 et pas ailleurs !
…. C'est peut-être nous dit-on dans l'édito, le dernier numéro que nous lirons de cette revue :
Ce n'est bien évidemment pas une raison pour le bouder. 

D'autant que son rédacteur en chef Xavier Fournier, a un don. 
Trouver, dans le chaos apparent de la BD américaine de masse et consumériste, un ordre. 

.... Il est ainsi capable d’échafauder de séduisantes théories qui, tout aussi exactes et avérées fussent-elles (?), ont la particularité de récapituler tout un pan de cette culture avec beaucoup d’énergie et d'érudition, et d’en partager la substantifique moelle avec générosité (ou de manière plus pragmatique au prix 7,90 €) dans un magazine de près d'une centaine de pages. 

Car ce n'est pas une mince affaire que de s'attarder sur la parenthèse Heroes Reborn, et de donner envie de la relire.
Des héros qui, en leur temps, ont aussi affronté Damoclès
Sans parler de la forme d’héritage qu’a laissé cette année-là - et que Xavier Fournier met au jour - et qui va, dans le désordre : du destin de Joe Quesada à la ligne Ultimate, en passant par l'adaptation des Fantastic Four au cinéma. Ou encore comme source d’inspiration des Illuminati. Rien que ça ! 

Idem pour la carrière d'Ed Brubaker. 
Si vous pensiez tout en savoir, le Fregoli de la rédaction du magazine va vous en apprendre de belles. Et en plus ça tient la route.

Je n'ai pas encore tout lu, mais l'article sur le dernier event en date de la Maison des Idées qui n’en finit pas de les recycler, intitulé Civil War II (que je ne compte pas lire pour le coup) est tout aussi joliment ludique & complet. 
Ce qui en ressort, si vous me permettez de spoiler un poil, c'est - et cette idée m’habite depuis déjà pas mal de temps - que pour lire du Marvel (en l’occurrence) dans de bonnes conditions, il faut en passer par George Orwell

.... Outre d’avoir inventé le célèbre Brig Brother et l'univers dystopique de 1984 (réminiscences des ses années de pensionnat à la St Cyprian's School dans le Sussex), Orwell a aussi créé le Novlangue et son corollaire : la « doublepensée ». 
Autrement dit, la capacité à accepter simultanément deux points de vue opposés, et ainsi mettre en veilleuse tout esprit critique. 

Lorsqu’on a fini de lire l’article en question, et pour ceux qui en doutaient encore, accepter la « doublepensée », la réclamer même, est une mesure indispensable à qui veut lire tous les mois sa dose d’illustrés étasuniens made in Marvel (mais cette doublepensée est tout aussi indispensable aux autres univers (très) étendus, frappés par le sceau du « Principe de continuité », qui durent plus quelques années). 

…. Or donc, un bien chouette numéro, dont je souhaite - bien entendu - qu'il ne soit pas le dernier.
En passant par exemple, par un financement participatif , partiel ou global, à l'instar de ce que d'autres font, et ainsi s'autopublier ?


(À suivre ....)

Commentaires

  1. J'avoue ne plus acheter "Comic Box" (j'avais acquis le n° 100 pour l'occasion et le sommaire exceptionnel), mais la disparition du magazine serait dommage.
    La culture encyclopédique et les analyses souvent pertinentes de Xavier Fournier, qui porte vraiment le bimestriel à bout de bras, sont admirables. Je suis moins client des interviews, souvent peu approfondis, aux questions peu inspirées, et je leur avais, il y a quelque temps, adressé un courrier pour déplorer que la rédaction néglige certains auteurs (Mazzucchelli avec "Asterios Polyp" complètement zappé ! Idem pour les "Parker" de Richard Stark par Darwyn Cooke...).
    Mais "CB" a quelque chose d'un îlot pour le fans de bd US.

    J'espère que la revue trouvera un nouveau diffuseur, quitte à modifier sensiblement leur formule (moins dense, moins cher aussi - car 6,90 E, c'est quand même une somme compliquée à assumer).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'accord avec toi au sujet des interviews, mais je me suis dit à plusieurs reprises que c'est n'est pas un exercices facile.
      Le rapport questions techniques/questions "grand public" notamment.
      Et puis il dépend beaucoup de l'interlocuteur, et de ce qu'il peut dire de son métier (entre promo & langue de bois).

      Sinon, le n°104 est a 7,90 [-_ô]

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…