Accéder au contenu principal

Avengers : STANDOFF (deuxième partie)

Je continue ma lecture du crossover intitulé Standoff, et qui dit crossover dit plusieurs séries concernées :
TOUJOURS AVEC DES SPOILERS (traces)
Agents of S.H.I.E.L.D. #03
Uncanny Avengers #07
All-New, All-Different Avengers #07
New Avengers #08
Howling Commandos of S.H.I.E.L.D. #06
Captain America - Sam Wilson #07 

« Tout ne faisait que commencer » (UBIK) 

…. La première remarque qui me vient à l’esprit concerne la lisibilité de l’histoire.
Bien que ne lisant aucune des séries listées ci-dessus, leur lecture ne m’a demandé aucun éclaircissement supplémentaire à ceux donnés dans chaque numéro. Tout y est bien récapitulé, et chaque personnage défini de manière efficace.

Il faut dire aussi que le scénario est assez simple.
Un petit air de Twin Peaks ?
Ainsi l’idée de Pleasant Hill - à savoir une prison inventée par quelqu’un qui aurait un peu trop lu Philip KDick (sic) - est-elle rapidement évacuée, au profit d’une « bataille de polochons » géante. 

Rien n’est dit d’essentiel dans ces numéros parus au mois de mars 2016 (voir supra), et rien ne fait vraiment avancer l’intrigue, amorcée avec les deux premiers numéros du crossover (dont le Avengers Standoff - Assault on Pleasant Hill Alpha #01 lui aussi paru en mars 2016). 

Reste le plaisir de revoir tel ou tel personnage : Deathlok, Rick Jones pour qui j’ai toujours eu un faible (probablement à cause de sa longue proximité avec les super-héros sans qu’il n’en soit un lui-même), le Démolisseur pour qui j’ai (inexplicablement) beaucoup d’affection, ainsi que son équipe. 
D’ailleurs l'épisode en question des Uncanny Avengers est vraiment sympatoche, du Gerry Duggan pur sucre.
Ou d’en voir certain, comme cet American Kaiju que je ne connaissais pas et dont j'ai méchamment envie de faire la connaissance. 
En outre, il est amusant de voir que la « réécriture » n’est pas le seul apanage de Kobik

Dans les New Avengers par exemple, il suffit de réinterpréter un acronyme pour en faire tout autre chose. (Une chouette idée soit dit en passant) 

…. Comme dit précédemment Nick Spencer semble aimer recycler les idées des autres (ce qui pour ma part ne m’apparaît pas comme un défaut), bien conscient semble-t-il qu’il est de toute façon difficile de faire autrement, il s’amuse à faire des clins d’œil à ses propres sources :
Frank J. Barbiere, Brent Schoonover & Nick Filardi - respectivement scénariste, dessinateur & coloriste de du numéro du Howling Commandos of S.H.I.E.L.D. - semblent être sur la même longueur d’onde ; si ce n’est qu’ils citent Le Village des damnés.

Mark Waid & Adam Kubert d’une coté, Nick Spencer & Jesus Saiz de l’autre, nous offrent un clin d’œil au principe de continuité en nous proposant une lecture synchronique de la vie de Sam Wilson, à la fois Captain America et Avengers, lorsqu’il se Coltine/coltinera le Green Skull. Dans un style très seventies lorsque le principe de continuité était une cerise sur le gâteau et pas le gâteau lui-même.

…. À mi-parcours (8 épisodes de lus sur 17) le bilan que je tire est positif : en plus d'une lecture agréable, les différents auteurs en charge de leur série respectives proposent des petits bonus extra-diégétiques toujours bienvenus. 


______________ 

Scénario : 7/10 
Dessin : 7/10 
Facteur de coolitude : 7/10 
Appréciation globale : L’important, c’est de participer

Commentaires

  1. je suis également entrain de le lire,c' est effectivement très très sympa.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…