Accéder au contenu principal

2017 : Le Stalinverse (Valiant)


…. 2017 ! 

Il m’a semblé amusant – et de circonstance – de commencer l’année par la lecture de l’événement made in Valiant du moment, à savoir la transformation du cadre imaginaire de l’éditeur de BD new-yorkais - et de son folklore - au travers de l’un des avatars de la révolution bolchevique qui je le rappelle, a eu lieu il y a presque cent ans. 

En effet, 1917, autrement dit l’an 1 du vingtième siècle verra l’avènement d’un événement majeur de notre Histoire : la révolution d’Octobre.

Valiant s’adonne donc au sport éditorial le plus en vogue de la bande dessinée américaine – la réécriture de son univers - et participe donc  - à sa manière - à la commémoration qui ne manquera pas de secouer les 365 jours qui viennent, en instaurant dès à présent un Stalinverse
Si l’annonce m’avait paru très prometteuse, force m’est de reconnaître que le premier numéro - en vente depuis le 21 décembre 2016 outre-Atlantique - que j’ai donc lu aujourd’hui, est particulièrement décevant. 

Son scénariste, Matt Kindt, y enfile les clichés avec une abondance que je trouve aussi fastidieuse qu’inquiétante, et fait d’un pitch potentiellement riche un « village Potemkine » éditorial à nul autre pareil. 
Le dessinateur Trevor Hairsine participe à l’entreprise avec son talent habituel, et renforce - à son oeuvre défendant - ma comparaison avec la légende historique qui s'imposait, vu le contexte. 
Certes, il y a bien une ou deux idées dont je suis curieux de voir ce qui va en être fait, mais pour l’instant n’importe quel arrière-plan idéologique aurait pu accoucher d’un tel scénario. 
Le stalinisme n’y est qu’un alibi sous-titre, que par ailleurs Matt Kindt ne prend même pas la peine de rendre opérationnel, d’une façon ou d’une autre. 

.... Si les autres séries liées à Divinity III sont aussi peu réjouissantes & intéressantes que celle-ci, le Stalinverse ne risque pas d'être plus qu'un simple « blip » sur le radar de la production culturelle de masse, ou pour le dire autrement une « Bérézina » d'opérette, dont je n’attendrai sûrement pas la conclusion avant de passer à autre chose.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.