Accéder au contenu principal

The Savage Sword of Jesus Christ (Grant Morrison & The Molen Brothers)

The Savage Sword of Jesus Christ 

…. Contrairement à Norman Spinrad au début des années 1970, Grant Morrison n’a pas fait émigrer son Adolf Hitler aux Etats-Unis, mais comme le romancier américain, il en a fait un auteur d’heroic fantasy.
Sauf que sous la tutelle du scénariste écossais, Hitler invente « The Savage Sword of Jesus Christ » à ses moments perdus.

Et dans la deux cent quatre-vingt-quatrième livraison du magazine Heavy Metal, ce moment perdu précède de peu l’idée d’envahir la Pologne

Selon le scénariste, et actuellement rédacteur en chef de la revue étasunienne en question, c’est donc en faisant des recherches pour l’un de ses précédents projets (The New Adventures of Hitler), paru en 1990 dans la revue de BD britannique Crisis – dont « The Savage Sword of Jesus Christ » serait une suite – qu’il a découvert le « christianisme positif ». 

Un christianisme conforme à l’idéologie nazie, qui apparaît dès 1920 dans le programme du DAP allemand nous dit-on, que pour sa part Morrison, en bon magicien du chaos qu’il est, assimile à une OPA sur une mythologie concurrente. 
Une manière de contrôler les croyances et l’imaginaire collectif de ses ennemis en en prenant le contrôle.
…. Or donc Jésus, puisque c’est de lui qu’il va s’agir, est dans cette étrange aventure, un Messie nordique brutal, violent & bodybuildé
Si le titre de l’histoire de 8 pages dessinée par les frères Molen fait expressément penser au magazine en N&B de la Marvel alloué dès 1974 au personnage le plus connu inventé par Robert Ervin Howard, la place du texan est ici occupée par Hitler et Joseph Gobels. On a connu meilleure compagnie. 

Et celle de Conan par ce Jésus viriloïde, qui doit plus sa carrure aux versions de Frank Frazetta, John Buscema ou encore Arnold Schwarzenegger qu’aux écrits du bouillonnant pulpster de Cross Plain.

Si en 1974, pour Alain Dorémieux, Rêve de Fer, le roman de Spinrad est « une parodie énorme, à la fois délirante et logique, de toute l'heroic-fantasy, de tout ce qu'elle contient de fascisme larvaire, de pulsions guerrières, d'images nietzschéennes du surhomme et de la race dominatrice » ; il est pour moi encore trop tôt pour ne serait-ce avoir un aperçu de ce qui motive Morrison dans cette entreprise. 
(Toutefois je peux d'ores & déjà dire que je ne partage pas l'avis de Dorémieux sur l'heroic fantasy tel qu'il l’exprimait alors) 

Ou peut-être, tel un J.R.R Tolkien du XXIe siècle, Grant Morrison veut-il réhabiliter l'héritage de ce « noble esprit du Nord », cet héritage des littératures & des culture germaniques & nordiques, cette « contribution suprême à l'Europe » que le nazisme a « ruiné, perverti et rendu à jamais maudit », pour le dire comme le célèbre auteur du Seigneur des Anneaux

J'ai peine à le croire au vu des premières pages de l'entreprise.

.... D’autant que si ce n’était justement Morrison au scénario je me serais contenté de ce seul essai de 8 pages. Les choses étant ce qu’elles sont, je vais sûrement lire le prochain Heavy Metal par curiosité, et voir si quelque chose d’intéressant en sort. 

Pour l’instant ce n’est pas gagné.


(À suivre ....)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…