Accéder au contenu principal

L'Île (Peter Watts/Pierre-Paul Durastanti)

Dan Ghiordanescu
…. Avec une entrée en matière in medias res - toujours aussi efficace - et une approche dite pseudo-réaliste (par opposition à l’approche didactique) de l’exposition, où l’information « encyclopédique » (ou culturelle) est censément déjà connue du lecteur, et se trouve dissoute dans le récit ; Peter Watts capture l’attention du lecteur avec grâce mais non sans témérité.




Des milliards d’années dans l’avenir, le vaisseau de construction Eriophora poursuit sa mission, fixée une éternité auparavant, sur la très lointaine planète Terre : parcourir à la vitesse de soixante milles kilomètres/seconde l’espace intersidéral afin de poursuivre, dans d’autres systèmes solaires, l’expansion d’un empire. 

…. Peu de récits auront – à ma connaissance – autant justifié ce que Darko Suvin appelait la cognitive estrangement ou « distanciation cognitive », dont la présence disait-il, permet d’identifier le texte où on la repère comme étant de la science-fiction.
L’Île de Peter Watts, traduit par Pierre-Paul Durastanti, produit également du sense of wonder – autre singularité dont serait faite la S-F - d’une rare intensité.

L’auteur y utilise l'imagination autant pour comprendre les tendances d’une réalité potentiellement à venir, qu’à des fins de dépaysement et d’étrangeté dont la capacité exogène en fait un moment d’évasion d’une puissance saisissante.

L’utilisation d’un langage « technique » (du moins m’apparaît-il ainsi) donne en outre à sa nouvelle, une puissance hypnagogique rarement rencontrée ailleurs, alors que se jouent deux drames humains d’une intensité diffuse, allant crescendo.
L’un très terre-à-terre (si je puis dire) et l’autre faisant montre d’une imagination – et d’une astuce - dont je me suis dit - après coup – que c’était un privilège que d’en avoir été témoin.
En sus, la nouvelle en tant que forme littéraire, épuise la totalité de ce qu’elle peut donner en proposant une chute à nulle autre pareille, à l’effet redoutable (et bien entendu inattendu).

Prix Hugo 2010 m’apprend le paratexte bifrostien de la 61e livraison de la revue des mondes imaginaires où j’ai lu cette nouvelle*, et ajouterais-je plus modestement : histoire 5 étoiles dans mon palmarès idiosyncratique.
Manchu
(Je lis en ce moment son roman Vision aveugle, et le talent de Peter Watts y est tout aussi présent que dans L'Île, c'est plutôt de bon augure)  
___________ 
 * Mais on peut tout aussi bien lire cette nouvelle dans l’anthologie que Le Bélial & Quarante-Deux ont concocté de conserve, intitulée Au-delà du gouffre et entièrement consacrée à Peter Watts.

Commentaires

  1. J'en salive, je lis actuellement Au-delà du gouffre et je suis sous le charme complet. Brillant, intelligent, novateur et je n'en suis qu'à la page 50.

    Dès que j'ai fini je fonce sur L’Île, même à la rame.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.