Accéder au contenu principal

Avengers : STANDOFF (collectif) Marvel

Pour fêter correctement les 75 ans de Captain America, l'éditeur Marvel Comics proposera, en début d'année 2016, le crossover Avengers: Standoff!.
Il s'intéressera plus particulièrement aux trois derniers porteurs du costume à la bannière étoilée: Steve Roger bien sûr, l'ancien acolyte Bucky Barnes et l'actuel Captain America : Sam Wilson.


AVEC DE VRAIS MORCEAUX DE SPOILERS 

Avengers Standoff - Welcome to Pleasant Hill #01
Avengers Standoff - Assault on Pleasant Hill Alpha #01

.... Après avoir lu les 2 numéros ci-dessus, je suis comme une majorité de ceux qui on fait part de leurs impressions (du moins celles que j'ai lues), plutôt content de ma lecture.
À part les deux fausses pistes un peu grossières dans le Welcome to Pleasant Hill #01 le début du crossover est très agréable à lire, et le cliffhanger m'a totalement surpris.

Reste néanmoins un événement, sur lequel d'ailleurs repose une partie importante de l'intrigue, qui m'apparaît un peu trop providentiel.
Ainsi, tout simplement parce que l'un des personnages aime « bricoler », le scénario lui fabrique une crise de somnambulisme bien opportune qui lui permet d'échapper à l'emprise de Pleasant Hill, et surtout de lancer le crossover

Alors je vois deux possibilités : 
- soit on en reste là, et ça me paraît bien faible comme ressort dramatique 
- soit ce personnage a agi sous l'emprise de "qui-vous-savez" et c'est tout aussi faiblard.
Un autre point plus général a trait à l'utilisation - grâce à un artefact plus ou moins magique - de réalités reconfigurées. 

Même si ce type d'arrangement est dû en grande partie au mode de publication de la bande dessinée aux Etats-Unis - autrement dit une production en flux tendu depuis le début des années 1960  (pour Marvel) sans interruption - je trouve que ça affaiblit l'histoire, voire que ça affaiblit l'univers de l'éditeur dans son entier. 
S'il suffit d'avoir sous la main ce genre de deus ex machina tout devient possible ; et les conséquences deviennent finalement sans importance. 

Alors je comprends bien que pour donner l'impression de bousculer le statu quo inhérent à ce type d'univers (séries interminables, "copyright", franchises multimédias, etc.) les solutions ne sont pas légion, mais j'attends justement d'un scénariste professionnel qu'il fasse mieux que ce que peut imaginer n'importe quel amateur. 
Nick Spencer n'est ni avare en cliffhanger ni en suprises
Mais néanmoins, le gros point fort de ces deux numéros, c'est qu'ils intègrent dans le déroulement du crossover, de manière que j'ai trouvé très harmonieuse, des résumés d’événements antérieurs ou peut-être adjacents, qui m'ont donné l'impression de pouvoir suivre la totalité de l'histoire sans sensation d'avoir manqué un épisode.
C'est d'autant plus agréable que ce n'est pas si fréquent que ça.

En sus, Nick Spencer n'oublie pas de rythmer son récit de belles surprises, ce qui fait que malgré les points "négatifs" que j'ai relevés, je me suis bien amusé pour l'instant.


____________

Scénario : 8/10 
Dessin : 10/10 
Facteur de coolitude : 6/10 
Appréciation globale : Chassez le naturel, il revient au galop

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.