Accéder au contenu principal

Avengers : STANDOFF (collectif) Marvel

Pour fêter correctement les 75 ans de Captain America, l'éditeur Marvel Comics proposera, en début d'année 2016, le crossover Avengers: Standoff!.
Il s'intéressera plus particulièrement aux trois derniers porteurs du costume à la bannière étoilée: Steve Roger bien sûr, l'ancien acolyte Bucky Barnes et l'actuel Captain America : Sam Wilson.


AVEC DE VRAIS MORCEAUX DE SPOILERS 

Avengers Standoff - Welcome to Pleasant Hill #01
Avengers Standoff - Assault on Pleasant Hill Alpha #01

.... Après avoir lu les 2 numéros ci-dessus, je suis comme une majorité de ceux qui on fait part de leurs impressions (du moins celles que j'ai lues), plutôt content de ma lecture.
À part les deux fausses pistes un peu grossières dans le Welcome to Pleasant Hill #01 le début du crossover est très agréable à lire, et le cliffhanger m'a totalement surpris.

Reste néanmoins un événement, sur lequel d'ailleurs repose une partie importante de l'intrigue, qui m'apparaît un peu trop providentiel.
Ainsi, tout simplement parce que l'un des personnages aime « bricoler », le scénario lui fabrique une crise de somnambulisme bien opportune qui lui permet d'échapper à l'emprise de Pleasant Hill, et surtout de lancer le crossover

Alors je vois deux possibilités : 
- soit on en reste là, et ça me paraît bien faible comme ressort dramatique 
- soit ce personnage a agi sous l'emprise de "qui-vous-savez" et c'est tout aussi faiblard.
Un autre point plus général a trait à l'utilisation - grâce à un artefact plus ou moins magique - de réalités reconfigurées. 

Même si ce type d'arrangement est dû en grande partie au mode de publication de la bande dessinée aux Etats-Unis - autrement dit une production en flux tendu depuis le début des années 1960  (pour Marvel) sans interruption - je trouve que ça affaiblit l'histoire, voire que ça affaiblit l'univers de l'éditeur dans son entier. 
S'il suffit d'avoir sous la main ce genre de deus ex machina tout devient possible ; et les conséquences deviennent finalement sans importance. 

Alors je comprends bien que pour donner l'impression de bousculer le statu quo inhérent à ce type d'univers (séries interminables, "copyright", franchises multimédias, etc.) les solutions ne sont pas légion, mais j'attends justement d'un scénariste professionnel qu'il fasse mieux que ce que peut imaginer n'importe quel amateur. 
Nick Spencer n'est ni avare en cliffhanger ni en suprises
Mais néanmoins, le gros point fort de ces deux numéros, c'est qu'ils intègrent dans le déroulement du crossover, de manière que j'ai trouvé très harmonieuse, des résumés d’événements antérieurs ou peut-être adjacents, qui m'ont donné l'impression de pouvoir suivre la totalité de l'histoire sans sensation d'avoir manqué un épisode.
C'est d'autant plus agréable que ce n'est pas si fréquent que ça.

En sus, Nick Spencer n'oublie pas de rythmer son récit de belles surprises, ce qui fait que malgré les points "négatifs" que j'ai relevés, je me suis bien amusé pour l'instant.


____________

Scénario : 8/10 
Dessin : 10/10 
Facteur de coolitude : 6/10 
Appréciation globale : Chassez le naturel, il revient au galop

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Doctor Strange Legacy [Cates / Hernández Walta / Duclos]

La curiosité m'avait poussé, il y a 4 ou 5 ans, à m'intéresser au travail d'un nouveau venu du nom de Donny Cates. Depuis il a fait son petit bonhomme de chemin et est devenu un scénariste en vue de la Maison des idées™.
Et c'est tout à fait mérité.

Donny Cates n'est pas le genre à vouloir réinventer la poudre, pour finalement accoucher d'un pétard mouillé (qui a dit Tom King ?). Son domaine c'est le divertissement, l'évasion, et très souvent un excellent moment de lecture. 

Cette reprise de la série « Doctor Strange », 5 numéros mensuels compilés dans ce premier tome, en est la carte de visite idéale. 

Si l'adaptation cinématographique du personnage, créé par Stan Lee & Steve Ditko en 1963, lui a permis de retrouver les têtes de gondole des comics shop, on est toutefois passé par un petit lifting façon Jason Aaron & Chris Bachalo [Pour en savoir +] pour la version bande dessinée.

Mais rassurez-vous, ne rien connaître du personnages et de ses pré…

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…