Accéder au contenu principal

'71 [Yann Demange / Jack O'Connell]

Nous sommes en 1971, et la capitale de l'Irlande du Nord est littéralement déchirée par « les Troubles ».
Cependant, la guerre civiles entre protestants et catholique n'est qu'un village Potemkine™ pour le scénariste Gregory Burke et le réalisateur Yann Demange .
En effet, « '71 » est un survival urbain ; violent, viscéral et absurde ; plutôt qu'un film historique ou social.
« La situation était confuse »

            Cinéma de l’efficacité et du ressenti, le survival est aussi surtout le résultat d'une formule :
Unité d'action : sauver sa peau coûte que coûte. 
Unité de lieu : ville, quartier, appartement 
Unité de temps : quelques heures ; jusqu'à épuisement des personnages. 
Les Troubles donc, euphémisme anglais qui rappellera celui de « pacification », qu'utilisait le gouvernement français en parlant de la guerre d'Algérie, ne servent que de contexte disais-je ; le scénario prenant bien soin de renvoyer toutes les parties en présence dans une même abjection de violence et d’amateurisme.  
            Gary Hook fait figure d'exception, jeune militaire fraîchement débarqué de ses  « classes », avec son contingent. Ignorant de ce dans quoi il met les pieds.
Un personnage que la caméra film de manière quasi « behavioriste ». 
Gary Hook est ainsi abordés de l’extérieur. À travers l’exposé objectif de son comportement et de ses actes, et non pas, au moyen de considérations psychologisantes ou subjectives.
Le contraste est saisissant avec les autres personnages qui utilisent, d'abord envers eux-mêmes, les « ruses de la raison ».      
            Ramassé, le film file ses 1 heure 30, montre en main, et fait sienne la philosophie de Thomas Hobbes : « L'homme est un loup pour l'homme ». Une formule qui dit bien ce qui attend les personnages et les spectateurs.
Si l'Irlande du Nord du début des années 1970 est surtout une toile de fond, Yann Demange y apporte un soin, que renforce l’esthétique documentaire, convaincant et crédible. En parlant de village Potemkine™ je voulais donc surtout faire passer que l'idée n'était de faire une reconstitution historique. Et que  « '71 » est d'abord un film d'action. Dans le sens péjoratif que lui donnent ceux qui n'en regardent pas.

            Cependant « '71 » n'est pas un film décérébré, on voit bien que Burke et Demange ont réfléchi à la question. Les seconds rôles y trouvent d'ailleurs toute la crédibilité nécessaire pour tirer ce film vers le haut du panier.
Simplement, tout cet appareillage intellectuel se situe sous la ligne de flottaison, il sous-tend la course contre la montre, contre la mort de  Gary Hook. Il ne tient pas le rôle principal.    

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er