Accéder au contenu principal

Palimpseste [Charles Stross / Florence Dolisi]

Comme pour en exploser les limites dés le départ, Charles Stross s'attaque dans sa novella, en même temps que son personnage principal, au paradoxe dit du « grand-père ».
Et la suite tiendra ses promesses.

            Pierce est un agent stagiaire de la Stase® dont la mission est de « préserver notre espèce d'une triple menace : l'extinction, l'obsolescence transcendantale et un univers condamner à se déliter dans la nuit [....] ». Une mission qui nécessite de reconfigurer des géantes gazeuses, façonner des trous noirs et arracher un système stellaire entier à son amas galactique d’origine… Dans une démesure pantographique qui fait de la Sf ce moment esthétique particulier en nous dessaisissant de la réalité. Mais pas complétement.
En effet, ce sens du cosmique, Charles Stross le conjugue avec des préoccupations beaucoup plus terre à terre, point d'ancrage nécessaire du lecteur, et indispensable à son intrigue qui s’interprète sur des milliards d'années.
Un paradoxe supplémentaire pour ce court texte de 160 pages.  

            Palimpseste est une histoire nerveuse, brillante, retorse. Charles Stross en exhausse la pagination avec ingéniosité, en terminant par une anaplodiplose qui heurte nos cadres cognitifs au travers d'un acte des plus prosaïques qui soient. 
Une réussite, tout simplement.

Laquelle lui permet d'accéder au désormais célèbre challenge de lecture de textes courts, le Maki Project 2020 de Yogo.
En outre, ce 1er mars 2020 signe l'ouverture du « mois2 Emmanuel Chastelière » de Bookenstock.

Critique de L'Empire du Léopard à venir ....

Commentaires

  1. Ce livre me tente vraiment. Je tourne autour depuis un moment... il faudrait vraiment que je me lance.

    Et merci pour ta participation exceptionnelle cette semaine. ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le risque est minime, le texte est vraiment court.

      Serviteur !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Shot Caller / L'Exécuteur

R ic R oman W augh connait plutôt bien le milieu carcéral étasunien, car, pour l'un de ses précédents films, il avait travaillé en tant qu'agent de libération conditionnelle bénévole en Californie . Sans que personne ne sache - bien évidemment- qu'il travaillait dans le cinéma.  Une expérience sans filtre qui lui sera donc également profitable pour « Shot Caller », un film de moins de 10 millions de dollars, sorti aux États-Unis en 2017.              Titré bêtement, et surtout sans rapport avec la signification de son titre original « L'Exécuteur », pour sa sortie francophone Direct-to-vidéo (DTV), ce long-métrage de deux heures raconte l'histoire de Jacob Harlon , un homme d'affaires de Pasadena (CA), qui verra sa vie familiale épanouie et ses prometteurs projets professionnels disparaitre suite à un funeste accident de la circulation.  Envoyé en prison, où il côtoiera des criminels professionnels (si j'ose dire), il fera tout pour y survivre.             

Gannibal [Masaaki Ninomiya / Vincent Marcantognini]

« Fallait [...] que je m'impose, que j'accroche le lecteur avec un truc qui pique, qui fait mal, qui marque. »  Connu pour une série, Chousou no Babel , et une histoire courte, Domestic Happiness , (toutes les deux inédites en France ) dans lesquelles la famille était déjà au cœur de leurs intrigues respectives, M asaaki N inomiya récidive en 2018, dans l'hebdomadaire Manga Goraku de l’éditeur Nihon Bungeisha™, avec sa toute nouvelle série « Gannibal », où une famille donc : Yuki , son mari Daigo , et leur fille Mashiro , s'installe dans le petit village de Kuge .  Une série qui devrait, selon toutes probabilités, se terminer à son onzième tome que vient de commencer son auteur, alors que le septième paraîtra en France en octobre 2021, aux éditions Meian™.  « Ce "truc" , c'était l'Horreur. »              Si « Gannibal », dont le titre ne laisse que peu d'équivoque sur son contenu, s'inspire en partie des Davidiens ; une secte étasunienne qu

Willie le zinzin [Stephen King / Pierre-Paul Durastanti]

« Willie le zinzin », publiée en avant-première mondiale - excusez du peu - dans la 104 eme livraison de la revue BIFROST, est une courte nouvelle d'atmosphère très très réussie. Traduite par P ierre- P aul D urastanti (un gage de qualité), elle est en outre illustrée par le talentueux N icolas F ructus.             En quelques pages seulement, presque un tour de force pour le prolixe auteur, S tephen K ing s'ingénie à brouiller les pistes de son récit pour une chute qui, si elle ne sera pas originale pour qui côtoie la littérature de (mauvais) genre, n'en est pas moins saisissante. Brrrillant !             Les éditions Le Bélial'™ n'en sont cependant pas à leur coup d'essai concernant l'auteur américain. Si mes souvenirs sont bons, la maison d'édition sise sur les bords de la Seine, à Saint-Mammès , a déjà publié dans sa revue trimestrielle deux nouvelles alors inédites en français : La nuit du tigre, et Mauvaise herbe .  Rien moins que de très surpre