Accéder au contenu principal

Secret Avengers [Remender / Zircher / Hardman]

L'évocation, par le scénariste étasunien Rick Remender, de différents projets avortés1 m'a donné envie d'en (re)lire un qu'il avait proposé à l'éditeur Marvel®, et qu'il avait réussi à mener à bien.
            Les univers partagés de super-héros, sont de ceux où « l'habit fait le moine ». Il y est donc difficile d'introduire des personnages de premier plan en mission secrète. 
Barbouze rime difficilement avec super-héros.

Le premier épisode du premier arc en est la preuve irréfutable. On y voit en effet Captain America et Œil de faucon, s'introduire dans une ville, en secret. Et dans leur tenue respective de super-héros !?
Cet entrée en matière, numérotée 21.1, abuse également, outre de la crédulité de ses lecteurs et d'une décompression, très décomplexée. 
Autrement dit, ce qu'a à nous dire ce numéro, et qui réside en l'attribution du leadership de l'équipe des Secret Avengers, aurait dû prendre une page maximum.
Là, on s'ennuie ferme pendant 20 pages.
Heureusement, ça ne dure pas.

            Rick Remender se ressaisit, et le changement de dessinateur améliore la donne. Gabriel Hardman qui s'encre également sur le reste des épisodes de l'arc narratif en question, apporte avec lui une ambiance un peu crapoteuse qui siéra à merveille au contenu desdits épisodes (#22 à #25). Grâce notamment à l'apport des couleurs de Bettie Breitweiser.

Remender est une sorte de noyau dur autour duquel gravitent des personnages qu'il aime visiblement utiliser (Captain Britain, Venom, etc.). S'y ajoute ici, quelques vieilles gloires, et des concepts qu'il avait inventés ailleurs.
Le tout forme un combo qui fonctionne très bien. Et qui tire le récit vers l'Épouvante.
            En conclusion, hormis le faux de l'épisode n°21.1, qu'on peut réellement ne pas lire, l'histoire formée par les 4 numéros suivants tient toutes les promesses qu'une telle franchise peut offrir.
Il est en effet notoire que chez Marvel®, les personnages et les histoires sont la propriété de l'éditeur. Autrement dit, travailler en tant que « créatifs » pour la Maison des Idées©, c’est comme d’être jockey sur un hippodrome. 
Les marges de manœuvre sont très encadrées, et la star est toujours le cheval. Lequel appartient à un propriétaire jaloux, et qui sait mieux que personne ce qui est bon pour son champion.
Bref, quiconque se plonge dans une aventure de super-héros made in Marvel, se doit  de mettre entre parenthèse son incrédulité (comme le veut le genre), et faire montre d'un peu d'indulgence.

Rick Remender a d'ailleurs quitté cet éditeur, et ne semble pas pressé de retourner travailler pour lui.

(À suivre .....)   
____________
1 C'est à l'ami Marko qui, sur le forum de Sanctuary Comics alimente une rubrique dédiée [Pour en savoir +], que je dois d'en connaitre, et l'envie de me replonger dans le run de Remender.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er