Accéder au contenu principal

Meurtre au 43e étage [John Carpenter / Lauren Hutton]

Fin des années 1970, une jeune femme emménage au 43e étage d'une résidence huppée, à Los Angeles, dénommée « Arkham Towers ». Ça ne s’invente pas !
            « Meurtre au 43eme étage », dont on dit que l’histoire s'inspire d’un fait divers, est l’œuvre de John Carpenter. Ce téléfilm s’intercale entre Assaut, et juste avant Halloween. Et l’atmosphère et certains de ses plans n’auraient d’ailleurs pas juré dans le slasher consacré au 31 octobre.
Tourné en moins de trois semaines, ce thriller est, si on veut, un démarquage de Fenêtre sur cour d’Alfred Hitchcock, dont il inverse le point de vue. 
Si plus de quarante ans nous sépare de son tournage, « Meurtre au 43eme étage » se distingue encore par les deux portraits de femmes qu’il propose. 
Le personnage principal, une jeune célibataire sûre d’elles, énergique, et qui sait renvoyer dans les cordes les machos en tout genre qui l’importunent. Et de l’autre, une lesbienne, que le scénario ni les autres personnages ne stigmatisent. D’autant que John Carpenter, qui en est aussi le scénariste, ne traite pas le sujet en loucedé. Ni de manière sensationnaliste. 
            La mise en scène est certes un ensemble de choses convenues, mais toujours traitées astucieusement : le reflet dans la vitre, le couteau qui tombe, le plan où Leigh Michaels se dissimule dans sa salle de bain, etc. 
Ou parfois un brin plus grossier, le chauffeur de taxi par exemple, mais dont l’efficacité n'est plus à prouver. Ce qui me fait dire que l’expérience aura aussi été un banc d’essai avant le tournage d’Halloween

Un mot sur Lauren Hutton, qui prête son talent et ses traits à l’héroïne, époustouflante et très crédible. Elle habite littéralement le rôle, tout en diffusant un glamour extraordinaire.
            Maintenant, « Meurtre au 43eme étage », quel que soit ses qualités de mise en scène et ses idées d’avant-garde sur le représentation des femmes à l’écran, est un film dont on voit où il va, dès qu’il commence. Et c’est là que le bât blesse. 
J’attendais en effet un baroud final pour l’honneur. Quitte à faire dans le déjà-vu, autant le faire bien. Et pour dire le vrai, les derniers plans, sont justement un peu plan-plan. 
Du moins à l’écran. Car il paraît que Lauren Hutton, a pris pour le coup, le risque de se le rompre, en tournant à une dizaine de mètres du sol. Sauf que j’ai trouvé que ça ne fonctionnait pas très bien. 
            « Meurtre au 43eme étage » est en définitive essentiellement un film d’aficionados. Ceux qui aiment John Carpenter doivent le voir. Pour les autres, pas sûr qu’il laisse un quelconque souvenir.
Hormis Lauren Hutton qui risque d'imprimer les rétines de n'importe qui pendant longtemps.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

La Famille Winter [Clifford Jackman / Dominique Fortier]

Itinéraire sanglant d’ex-soldats de l’Union, de civils, et d’un esclave ; un groupe disparate auquel se joindra, au fil du temps, d’autres individus de la même trempe, et qui sera connu sous le surnom de « famille Winter », de 1864 à 1900, le fix-up de C lifford J ackman est une réussite totale.  Le résultat qu’aurait pu produire la rencontre entre La horde sauvage et Gangs of New-York .              Rédigé à partir d’une nouvelle ( Oklahoma 1891 ) à laquelle le jeune auteur canadien ajoutera d’autres courts récits, liés par de brefs résumés, pour finalement prendre la forme d’un roman (la définition même du « fix-up ») intitulé donc « La Famille Winter ».  Une somme à laquelle il est intéressant d’ajouter une autre nouvelle California 1901 , disponible séparément * , pour former un tout cohérent.              Des États-Désunis aux champs pétrolifères californiens, en passant par les « guerres indiennes », C lifford J ackman convoque aussi bien les groupes de vigilantes au service