Accéder au contenu principal

Le colloque des chiens [Léo Perutz / Inge d'Esterno & Roland Stragliati]

Un petit mot sur la couverture de ce numéro de Fiction due à P.J. Izabelle, qualifiée par la rédaction de la revue de « Paysage Impossible », et qui proposait, en avril 1962, d'en calculer le nombre d'anomalies architecturales et autres. Une invite que je réitère volontiers.

            Ceci étant dit, passons à la nouvelle de Léo Perutz, auteur que j'ai découvert en même temps que j'en lisais le texte que proposait le sommaire de la revue. 
« Le colloque des chiens » tient d'ailleurs plus du conte Fantastique comme son entame nous invite à le penser : « Certain jour d'hiver de l'an 1609, certain jour de Sabbat, [..] », et en inclus l'arsenal diégétique. Ce qui nécessite le maximum de notre suspension volontaire d'incrédulité.
Ce court récit donc, en plus d'être particulièrement immersif, réussit la gageure d'être captivant de bout en bout.
Sans être original, ni surprenant !!! (Enfin, un peu surprenant quand même)

Ce que reconnaît par ailleurs la rédaction de Fiction, en le qualifiant d'« œuvre mineure,» mais qui « n'en a pas moins, comme on le verra, des mérites qui ne le sont pas ». 
Des mérites qui pour le coup m'ont donné envie de lire quelque chose de plus consistant venant de Léo Perutz.

Et pourquoi pas Le maître du jugement dernier ?
Réédité il y a six ans chez ZULMA, et (surtout) recommandé par l'ami Patrick Marcel dans son indispensable Atlas des brumes et des ombres (en FOLIO Sf) !?   

Bref une belle découverte, doublée d'une nouvelle perspective de lecture. 
Pas mal pour un texte dit « mineur » !
« Le colloque des chiens » se tiendra, bien évidemment, pour la durée du challenge, du coté de chez Yogo.

Commentaires

  1. De Perutz, je recommande vivement le Cavalier Suédois, histoire de pacte, de double, d'image renvoyée… très très bon.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour. La nouvelle peut encore se lire dans le magazine Fictions? Ou alors chez Les lectures du Maki? Merci et bravo pour la participation au Challenge.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, si tu arrives à te procurer le numéro en question de Fiction, la nouvelle est toujours au sommaire.
      Merci de ton passage et de ton commentaire.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

La Famille Winter [Clifford Jackman / Dominique Fortier]

Itinéraire sanglant d’ex-soldats de l’Union, de civils, et d’un esclave ; un groupe disparate auquel se joindra, au fil du temps, d’autres individus de la même trempe, et qui sera connu sous le surnom de « famille Winter », de 1864 à 1900, le fix-up de C lifford J ackman est une réussite totale.  Le résultat qu’aurait pu produire la rencontre entre La horde sauvage et Gangs of New-York .              Rédigé à partir d’une nouvelle ( Oklahoma 1891 ) à laquelle le jeune auteur canadien ajoutera d’autres courts récits, liés par de brefs résumés, pour finalement prendre la forme d’un roman (la définition même du « fix-up ») intitulé donc « La Famille Winter ».  Une somme à laquelle il est intéressant d’ajouter une autre nouvelle California 1901 , disponible séparément * , pour former un tout cohérent.              Des États-Désunis aux champs pétrolifères californiens, en passant par les « guerres indiennes », C lifford J ackman convoque aussi bien les groupes de vigilantes au service