Accéder au contenu principal

Les jardins de Kensington, une autobiographie non autorisée


C’est « le début d’une belle amitié », pour citer la fin de Casablanca… 

            Rodrigo Fresán, né en Argentine , <la même année que les X-Men>, est un « lecteur qui écrit », nous dit-il. Et qui voit toute son œuvre comme une grande maison, avec autant de pièces. Ses romans sont donc des mises en pièces, qui pour être lus demandent d’être ouverts, pour y pénétrer. 

Le passé n’est jamais simple. 

            Éclairée par l’ombre de James Matthew Barrie, « Les jardins de Kensington » est la biographie confession de Peter Hook, auteur de nombreux et populaires romans « jeunesse », qui s’entretient, le livre durant, avec l’interprète de son jeune héros -d’encre et de papier-  Jim Yang
L’occasion pour lui de dresser la biographie de celui qui se révélera un modèle, et d’établir ce qu’ont en commun l’ère victorienne et les swinging sixties. L’une a en effet inventé l’enfance, et l’autre lui a donné une nouvelle jeunesse.  Et sa propre autobiographie.


« L’écrivain est un super héros qui n’aurait pas de super pouvoirs… si ce n’est celui de modifier la réalité. » Rodrigo Fresán 

            Roman hypnagogique, « Les jardins de Kensington » lui a été inspiré par un documentaire télévisé où apparaissaient, déguisés en cow-boys, J.M. Barrie, G.K. Chesterton et G.B. Shaw, est bâti comme un palais de mémoire (© Matteo Ricci). Où cette dernière serait le play-back de nos vies.

La musique joue d’ailleurs un rôle très important dans ce récit. 
Le père de Peter Hook < Sebastian « Darjeeling » Compton-Lowe > y est le leader d’un groupe musical des années soixante : The Beaten (alias) The Beaten Victorians (alias) The Victorians. Qui se serait voulu le double inversé des Beatles
Foisonnant, encyclopédique, titillé par la littérature de listes, le name dropping, « Les jardins de Kensington » se révèle aussi un quasi thriller. Usant du temps comme Jim Yang le fait avec sa chronocyclette®, Peter Hook ménage son suspense au compte-gouttes.  Et défie les paradoxes.
Ruptures aléatoires avec le pacte réaliste, digressions, déviations, collages ; « Les jardins de Kensington » produit un léger vertige cognitif ; dont les références, si elles jouent bien un rôle, ne sont pas essentielles. 
D’autant qu’il est difficile d’en mesurer l’impact. 

            Non, « Les jardins de Kensington » est une sorte de moteur immobile. 
Autrement dit, la cause de son propre mouvement. 
Aussi, inutile d’être docteur ès Beatles, cartographe du Pays imaginaire©, ou même lecteur de romans « jeunesse », ni d’acheter un plan de Londres pour s'y perdre. Rodrigo Fresán avoue dans une note de bas de page <qui pour le coup se trouve en fin d'ouvrage> , n’être jamais allé à Kensington Gardens
Car « Les jardins de Kensington » est d’abord (seulement ?) un récit imaginaire. 

Mais ne le sont-ils pas tous !? 

C’est en tout cas le début d’une belle amitié mon cher Rodrigo ! 
(À suivre ....
 ______________
Cette freaktion a été traduite par Isabelle Gugnon

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er