Accéder au contenu principal

Le grand éveil [Kim Newman / Patrick Marcel]

Bay City, au début de 1962.
Un détective dur-à-cuire affronte, à son insu, une menace bien plus grande que celle que fait peser Hiro-Hito sur la côte ouest des États-Unis.

« Hammett a sorti le roman policier du vase vénitien où il se trouvait, pour le jeter dans la rue. » Et Kim Newman y a invité Ceux des profondeurs.
            « Le grand éveil » est une nouvelle relevant de ce qu’on pourrait appeler l’Esthétique de la fusion©. C’est-à-dire des récits où se mélangent les genres (science-fiction, polar, espionnage, thriller, etc.), pour faire, eux-mêmes, genre. 
Cela dit « Le grand éveil » est surtout un texte qui en a conscience, et qui pousse le mélange jusqu’au pastiche. (À consommer sans modération). 
Il s’agit en effet d’une histoire de détective à la Philip Marlowe, mais qui se retrouverait au sommaire de Weird Tales. Le pulp magazine bien connu qui a accueilli, notamment, H.P. Lovecraft. 
Cette nouvelle fait cependant partie d’un plus vaste projet éditorial, le Diogenes Club, dont les membres font ici de la figuration. Le club en question, est en vérité une couverture pour une des nombreuses branches des services secrets de Sa Majesté, spécialisée, pour ce qui la concerne, dans les cas qui sortent franchement de l’ordinaire. Et dont les aventures ont fait l'objet de trois recueils (qui n'ont pas été traduits en français).

            Si Kim Newman ne néglige pas l’intrigue proprement dite de sa nouvelle, « Le grand éveil » vaut surtout pour le plaisir que procure les références, les clins d’œil, et le style dit « hardboiled ». Lequel a vu le jour dans un autre pulp magazine célèbre, Black Mask. Style que Newman pousse ici jusqu’à la caricature. 

« Zébra Trois !! Zébra Trois !! Vous me recevez !? »

Ainsi « Le grand éveil » est-il une évocation du roman noir bien connu  Le grand sommeil  de Raymond Chandler, et du soi-disant « mythe » de Cthulhu, celui qui « rêve et attend ». 
Bay City, où se déroule l’action, est une Los Angeles fictive, également siège des aventures de Starsky et Hutch
Kim Newman mélange aussi des personnages réels, qui ont fait des choses qui ne le sont pas forcément, avec de pures inventions. Difficile en tout cas de faire le tour de la question.

            Reste une histoire fort sympathique, qu’une connaissance, au moins superficielle des mauvais genres de la culture de masse, aide à rendre encore plus agréable. 
On la trouve dans le recueil Privés de futur (aux éditions Bifrost™/Étoiles vives™), et dans Les nombreuses vies de Cthulhu de Patrick Marcel. 
Lequel se charge, avec le brio qu’on lui connait, de la traduire dans les deux cas. 

Ftaghn ! Bang ! Bang !

Une nouvelle qui en tout cas ne sera pas privée de challenge, puisqu'elle se joint à celles déjà récapitulées par Yogo.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

La Famille Winter [Clifford Jackman / Dominique Fortier]

Itinéraire sanglant d’ex-soldats de l’Union, de civils, et d’un esclave ; un groupe disparate auquel se joindra, au fil du temps, d’autres individus de la même trempe, et qui sera connu sous le surnom de « famille Winter », de 1864 à 1900, le fix-up de C lifford J ackman est une réussite totale.  Le résultat qu’aurait pu produire la rencontre entre La horde sauvage et Gangs of New-York .              Rédigé à partir d’une nouvelle ( Oklahoma 1891 ) à laquelle le jeune auteur canadien ajoutera d’autres courts récits, liés par de brefs résumés, pour finalement prendre la forme d’un roman (la définition même du « fix-up ») intitulé donc « La Famille Winter ».  Une somme à laquelle il est intéressant d’ajouter une autre nouvelle California 1901 , disponible séparément * , pour former un tout cohérent.              Des États-Désunis aux champs pétrolifères californiens, en passant par les « guerres indiennes », C lifford J ackman convoque aussi bien les groupes de vigilantes au service