Accéder au contenu principal

The Way Back [Ben Affleck / Gavin O'Connor]

Faux film de sport, « The Way Back » est certes un mélodrame sur le deuil, mais pas seulement. On y suit Jack Cunningham, ex-star de l'équipe de basket-ball de son lycée au mitan des années 1990, recruté, de nos jours, par le Père Devine pour palier la défection de leur entraîneur.
Ben Affleck grâce à l'intensité de son jeu, contrebalance heureusement l’excessive dose de  « pathos » que le réalisateur Gavin O'Connor et son scénariste Brad Ingelsby, y ont injecté. Il n'est cependant pas le seul à jouer juste. 
Tous le reste du casting, dont on peut dire sans risque de se tromper qu'il occupe pourtant des seconds rôles, tant la présence d'Affleck est écrasante, apporte la nécessaire vraisemblance qu'un tel film demande.
Au-delà des apparences ; le faux film de sport, le deuil, l’alcoolisme, autour duquel les propres problèmes de Ben Affleck n'ont pas manqués d'être évoqués. « The Way Back » m'a frappé par la description, à charge, de la charité chrétienne. Et pour le coup la charité d'obédience catholique. 
[TW : révélations sur ce qui fait de ce film ce qu'il est]

            Ainsi, lorsque le Père Devine reçoit Cunningham dans son bureau, et qu'il s'enquière de ce que ce dernier a fait depuis le lycée, notamment lorsqu'il pose des questions sur sa famille, ses enfants, il montre surtout qu'avant d'avoir besoin de lui pour entraîner son équipe de basket-ball, il ne s'est guère préoccupé de son ex-élève, pourtant prometteur. 
Un peu plus loin, le coach assistant, à qui Cunnigham demande pourquoi il n'a pas naturellement pris le poste qu'il occupe, lui parle de sa mère malade. Mais à aucun moment celui-ci ne s'intéresse au propre sort de Cunningham. Même quand il apprend, par un autre entraîneur, qu'il est manifestement alcoolique. 
L’aumônier de l'équipe ne montrera pas plus d'intérêt, sauf à le sermonner sur son langage sur le terrain, incompatible avec les règles de l'école. 

À aucun moment, ces individus, qui gravitent pourtant dans un environnement catholique, ne s'intéressent à ce type, venu les sortir du pétrin. Et qui s'y trouve aussi.

L'acmé de cette progression sera atteinte lorsque Jack Cunningham sera viré de son poste d'entraîneur malgré le réel succès de son travail auprès des jeunes de l'équipe. 

D'autant qu'en parallèle on en apprend plus sur cet homme, et qu'on le voit aider des jeunes à trouver leur place. Le contraste est saisissant.

D'un côté un homme, devenu alcoolique pour des raisons qu'on apprend au fur et à mesure, lequel s'investit dans sa mission d'entraîneur. Et dont l'empathie pour ses jeunes joueurs, malgré ce qui l'accable, le pousse à déborder de son rôle.
Et de l'autre une institution, sûre de ses règles, dont l'amour du prochain ne va pas jusqu'à s'intéresser à ceux dont il ont pourtant un criant besoin.    
Bien entendu la réserve fait partie du personnage principal et du processus scénaristique du film. Reste qu’aucun de ceux qui gravitent dans le giron du lycée catholique, ne montrent d’intérêt pour l'entraîneur. Contrairement au reste de son entourage clairsemé.
Même dans le bistro où Jack Cunningham se pochtronne sévèrement, il se trouve toujours un type pour le ramener chez lui. Idem chez ses jeunes joueurs, qui lui dédient le dernier match.

Bref un tel faisceaux de présomptions me fait dire que ce sous-texte ne compte pas pour des prunes. Même sa relative discrétion est en soi, à mon avis, un indice. 

            Regarder ou pas ce film n'a tenu qu'au plaisir d'y retrouver l'acteur Ben Affleck. Dont je m'intéresse au travail depuis a peu près The Town, auquel j'ajoute un film antérieur de sa filmographie : Hollywoodland.  
Live by night est par exemple, à mes yeux, une très belle réussite.
Or donc, maintenant « The Way Back », dont ce qu'on peut en lire ici ou là ne m'aurait sûrement pas intéresser sans lui. 
Bien m'en a pris, l'acteur y fait montre d'un jeu époustouflant, lequel vaut largement l'échappée de ma zone de confort qu'il m'a obligé à faire.

En toute évidence, Ben Affleck est donc élu à l'unanimité, Most Valuable Player de « The Way Back ». Et très efficace remède contre le confinement.       

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er