Accéder au contenu principal

Missolonghi 1824 [John Crowley / Monique Lebailly ]

Si le titre de la courte nouvelle de John Crowley ne vous met pas sur la piste, le texte devrait le faire. Toutefois, pour en apprécier la douce mélancolie, je ne crois pas nécessaire de vraiment savoir de qui on parle.
Et pour savoir de quoi on parle, il suffit de lire.  

           En effet, passant outre l'effet miroir que suggère le texte, l'histoire que raconte le « milord anglais » est très poignante. 
Exaltation des sentiments au détriment de la raison, du mystère et du fantastique, et bien entendu de la nostalgie.
En quelques pages John Crowley nous donne à lire un véritable catalogue de ce que le Romantisme voulait exprimer en tant que mouvement artistique. 

La rencontre, quasiment du « 3ème type » pour l'époque ; à laquelle on nous invite à assister est de l'ordre du Sublime. Une émotion esthétique, mise au jour par Edmund Burke ; laquelle cause un sentiment de terreur mais aussi d'immensité. Sorte de plaisir négatif qui procède d'une art de l'imagination : on croit voir plus qu'on ne voit. 

Le talent évocateur de Crowley, traduit ici par Monique Lebailly est d'une telle puissance, que le temps de la lecture j'étais, moi aussi, à côté de cette cage, perdu en Grèce.  

« Missolonghi 1824 » est sûrement l'expérience du Sublime la plus substantifique que j'aie pu vivre, tout en restant chez moi.

Une rareté ! 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

La Famille Winter [Clifford Jackman / Dominique Fortier]

Itinéraire sanglant d’ex-soldats de l’Union, de civils, et d’un esclave ; un groupe disparate auquel se joindra, au fil du temps, d’autres individus de la même trempe, et qui sera connu sous le surnom de « famille Winter », de 1864 à 1900, le fix-up de C lifford J ackman est une réussite totale.  Le résultat qu’aurait pu produire la rencontre entre La horde sauvage et Gangs of New-York .              Rédigé à partir d’une nouvelle ( Oklahoma 1891 ) à laquelle le jeune auteur canadien ajoutera d’autres courts récits, liés par de brefs résumés, pour finalement prendre la forme d’un roman (la définition même du « fix-up ») intitulé donc « La Famille Winter ».  Une somme à laquelle il est intéressant d’ajouter une autre nouvelle California 1901 , disponible séparément * , pour former un tout cohérent.              Des États-Désunis aux champs pétrolifères californiens, en passant par les « guerres indiennes », C lifford J ackman convoque aussi bien les groupes de vigilantes au service